qui sont les
chrétiens évangéliques ?

La foi évangélique

arthur-miranda-208124

Fondée sur la Bible

La Bible est la norme et la référence de la foi évangélique. Elle est considérée la base sur laquelle nous fondons ce que nous croyons et ce que nous mettons en pratique dans nos vies.

ben-white-146950_cr

La conversion personnelle

On ne naît pas évangélique, on le devient par choix personnel et engagement individuel. C’est ce qui explique l’importance accordée au baptême d’adulte. Celui-ci est l’expression publique d’une foi vécue et assumée, à l’opposé d’une simple tradition.

helena-lopes-463976-unsplash

L’évangile

Le message de Jésus par l’Évangile (la bonne nouvelle) est importante pour les chrétiens évangéliques : il s’agit de le faire connaître autour d’eux dans le respect de la liberté individuelle.

Les évangéliques en France

Dans la première moitié du XIXe siècle apparaissent les premières Églises évangéliques au sens moderne. On comptait moins de 100 000 évangéliques en 1950. On dénombre aujourd’hui en France :
0
évangéliques en France parmi les 1 700 000 qui se déclarent protestants
0
églises locales fixes et plus de 500 lieux de rassemblement épisodiques.
x 0
le nombre de protestants évangéliques a été multiplié par 9 ces 60 dernières années
+ 0
Une nouvelle église naît tous les 10 jours, soit environ 35 nouvelles églises supplémentaires par an

Les évangéliques dans le monde

420 millions d’évangéliques sur 1,9 milliard de chrétiens, dont :
Europe : 17,3 millions, Afrique : 116 millions, Amérique du Nord : 94 millions., Amérique Latine : 55 millions, Asie : 133 millions, dont en Chine : 89 millions.
On parle de 10 000 nouveaux convertis par jour dans ce pays.

Source : World Christian Encyclopedia et Portes Ouvertes.

Questions / Réponses

Les évangéliques sont-ils une secte ?

Le rapport parlementaire sur les sectes, bien conscient de la difficulté de définition, propose trois sens possibles du mot secte : étymologique, sociologique, dangerosité.
Selon ces critères, le protestantisme évangélique n’est pas concerné par cette question. Cependant, aucun groupement humain n’est à l’abri de dérives sectaires. Autres différences avec les sectes, les évangéliques possèdent deux atouts sociaux propres à les éloigner d’un fonctionnement sectaire :
Dans la ligne de la tradition protestante, les évangéliques accordent une place prépondérante au choix individuel. Cette attitude les tient a priori à l’écart des logiques « d’embrigadement » ou de « lavage de cerveau ».
Les évangéliques sont très attachés au principe démocratique. Leurs Églises fonctionnent généralement de manière autonome (ce qu’on appelle le congrégationalisme). En principe, le pasteur ou le responsable est élu par les membres de l’Église et les décisions soumises au vote des fidèles. Ce fonctionnement est à l’opposé de la domination d’un groupe par un gourou

Les évangéliques sont-ils d’origine Américaine ?

Considérer les évangéliques comme un mouvement américain colonisant le monde est partial et inexact. L’Histoire confirme l’émergence du mouvement évangélique sur le continent européen, en Suisse, en Allemagne, en France, aux Pays-Bas, en Angleterre avant même… la naissance des États-Unis. D’ailleurs de nombreux évangéliques ont émigré en Amérique au XVIIe et XVIIIe siècle à cause du manque de liberté religieuse qui sévissait en Europe et singulièrement en France.
Reste qu’un certain nombre d’Églises évangéliques en France, comme dans d’autres parties du monde, ont été fondées avec le concours de missionnaires américains, essentiellement à partir de la Seconde Guerre mondiale.
Les évangéliques français ne dépendent d’aucune instance dirigeante située ailleurs dans le monde. S’ils entretiennent des relations internationales et favorisent des partenariats, ils le font par fraternité chrétienne tout en veillant à leur indépendance typiquement protestante.

Les évangéliques font-ils du prosélytisme ?

Le mot « prosélytisme » est devenu aujourd’hui franchement péjoratif et même abusivement synonyme de « racolage ». Ce terme évoque une propagande religieuse massive comportant des éléments de pression, de harcèlement, de conditionnement psychologique et s’apparente à l’intégrisme. Généralement, le prosélytisme accentue les spécificités d’un mouvement comme condition, souvent exclusive, du salut. Le prosélytisme s’apparente parfois à de l’embrigadement.
Les évangéliques rejettent et condamnent ces méthodes. Ils ont à coeur, comme l’a enseigné le Christ, de partager leur découverte personnelle de l’Évangile.
L’évangélisation est la proclamation publique de l’Évangile. Elle est destinée à informer nos contemporains afin de leur donner l’occasion d’établir un contact personnel avec Dieu. L’évangélisation est une offre spirituelle ouverte. Elle fait appel à la liberté de conscience de chacun. L’invitation qu’elle adresse vise la conviction intérieure, la foi de chacun.

Les chrétiens évangéliques sont éclatés dans une myriade de dénominations !

Les Français sont habitués à la structure pyramidale et monolithique du catholicisme. Par comparaison, chez les évangéliques, l’absence d’une hiérarchie affirmée, d’un clergé ou d’une structure unique surprend et parfois déroute. Les évangéliques peuvent être considérés comme une famille dans laquelle l’essentiel du patrimoine génétique est commun à tous les membres qui la composent.
Seuls quelques chromosomes diffèrent et vont donner naissance à des personnalités distinctes et uniques. Les évangéliques ont l’essentiel en commun. L’histoire, la compréhension variée de certains aspects théologiques et ecclésiaux secondaires, expliquent que les croyants se regroupent en diverses dénominations : baptistes, méthodistes, pentecôtistes, frères…

Comment expliquer la croissance des évangéliques ?

Des raisons extérieures
– La sécularisation de la société française depuis la deuxième moitié du XXe siècle a provoqué le déclin des grandes Églises, la perte de repères spirituels et moraux.
– La modernité n’a pas tenu ses promesses. L’homme d’aujourd’hui est déçu du progrès technique qui isole les individus dans des rapports de plus en plus virtuels.
– Dans le même temps, le besoin de réponses aux questions existentielles n’a pas varié.

Des raisons propres
– Devenir « chrétien évangélique » par libre choix, par conviction personnelle est une notion moderne, conforme aux aspirations de nos contemporains.
– Chaque croyant est invité à mettre l’Évangile de Jésus-Christ en pratique dans sa vie personnelle, ce qui constitue un vrai projet de vie.
– Les évangéliques savent allier un certain conservatisme doctrinal avec ses points de repères, ses valeurs stables et une flexibilité culturelle quant aux formes de l’expression de la foi et de la vie de l’Église.
– La doctrine protestante évangélique répond à la demande d’authenticité, de respect de la personne humaine et de ses besoins dans tous les domaines de la vie.
– Les Églises évangéliques développent une grande capacité d’adaptation : elles peuvent se réunir dans un salon, chez un particulier, ou compter plusieurs milliers de membres… et survivre dans la persécution !
– Foi personnelle, salut personnel font appel à un engagement et à la responsabilité individuelle. Ainsi les membres des Églises évangéliques participent activement à la vie de leur communauté.
– La mise en avant des dons de l’Esprit Saint, tels que la Bible les définit dans le Nouveau Testament, encourage chaque membre à une participation active et souvent très créative ; ce qui rend la pratique du culte et des autres moments de la vie de l’Église vivants, spontanés et conviviaux.
– L’Église telle que la conçoit la Bible est une communauté dans laquelle chacun trouve sa place : les familles, les enfants, les adolescents, les personnes seules ou âgées.

Dit-on « évangéliques » ou « Protestants évangéliques » ?

Les racines des évangéliques remontent au début du protestantisme, au XVIe siècle. Ils partagent encore aujourd’hui les valeurs fondamentales des réformateurs (Martin Luther, Jean Calvin…). De plus, ils se reconnaissent volontiers dans la branche de la Réforme qui a revendiqué dès l’origine la séparation des Églises et de l’État et a plaidé pour des assemblées autonomes composées de convertis. Il convient donc de désigner les évangéliques en France par l’expression plus complète de « protestants évangéliques ». Celle-ci tient compte du passé tout en permettant de les distinguer des Églises protestantes dites historiques comme les Églises réformées ou luthériennes. Cette distinction est d’ailleurs établie par le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité du CNRS.

Notre confession de foi

Texte adopté par le congrès de Boulogne-Billancourt, le 5 Mai 1989
Fédération des Eglises Evangéliques Baptistes de France

Dieu

Nous adorons Dieu, lui seul, unique en trois personnes, Père, Fils et Saint Esprit.
Créateur de toutes choses, il est saint, tout puissant, amour, éternellement vivant.
Nous croyons que Dieu s’est révélé dans l’histoire, d’abord dans celle de son peuple d’Israël, puis de manière définitive, en son Fils Jésus de Nazareth, le Christ annoncé par les prophètes.
C’est cette révélation que nous présentent les Saintes Ecritures.

Les Saintes Ecritures

Nous croyons que la Bible est divinement inspirée.
Le Saint Esprit a souverainement présidé à l’origine et à la formation des écrits qui la composent.
Ces Saintes Ecritures sont, et elles seules, la Parole écrite de Dieu.
Document de l’alliance entre Dieu et son peuple (Ancien Testament), entre Dieu et la communauté de tous ceux qui acceptent le salut offert en Christ (Nouveau Testament), cette Parole nous révèle la pensée de Dieu, sa volonté et son amour pour le monde.
Elle contient tout ce qui est nécessaire pour nous conduire à celui qui est notre salut, Jésus-Christ, et pour que nous mettions notre vie au service de Dieu.
Elle est la suprême référence pour éprouver toute croyance, toute tradition et toute pratique religieuse.
Elle détient son autorité de Dieu seul pour gouverner la vie du croyant et de l’Eglise.

L’homme, la chute et ses conséquences

Nous croyons que Dieu a créé l’homme à son image. Il l’a créé libre, saint et jouissant de la communion avec lui-même
A l’instigation de Satan, le premier homme s’est séparé de Dieu par désobéissance consciente, perdant ainsi son état initial.
Par cet acte de désobéissance, le péché, avec pour conséquence la mort, est entré dans le monde.
La nature pécheresse s’est étendue à tous les hommes.
L’humanité entière, dans sa rupture avec Dieu, vit désormais sous la domination du mal et encourt le jugement de Dieu.
haut de page

Jésus-Christ

Nous croyons que Jésus-Christ, Fils unique de Dieu de toute éternité, est le seul médiateur entre Dieu et les hommes.
Il est venu parmi les hommes, pleinement homme et pleinement Dieu, ses deux natures restant distinctes dans leur parfaite union en sa personne.
Il nous a instruits de tout ce qui est nécessaire à notre salut.
Il nous a montré par sa vie, pure de tout péché et emplie de la puissance et de l’amour du Père, ce qu’est la vie sainte que Dieu veut pour nous.
Il a accomplit l’œuvre de notre rédemption en donnant sa vie sur la croix, en sacrifice vivant et parfait, pour effacer nos péchés et nous réconcilier avec Dieu.
Ressuscité et éternellement vivant auprès du Père, dans sa gloire, il est le Seigneur.

Le Salut

Nous croyons que, Dieu ayant accompli en Jésus-Christ ses promesses de salut, l’homme pécheur est appelé, sous l’action du Saint Esprit, à se repentir de son péché, à se tourner vers Dieu, à accepter, par la foi, l’œuvre expiatoire de Jésus-Christ et à être uni avec lui dans sa mort et sa résurrection.
Il reçoit ainsi, par la seule grâce de Dieu, le pardon de ses péchés.
Justifié par la foi en Jésus-Christ, il vit désormais dans une relation juste avec Dieu, celle d’un enfant devant son Père. Il est né à une vie nouvelle et éternelle et entre dans le royaume de Dieu.
La foi produit nécessairement les œuvres agréables à Dieu et une vie toujours plus conforme à sa volonté.

Le Saint Esprit

Nous croyons que le Saint Esprit, troisième personne de la Trinité, rend vivante, bénéfique et efficace, dans le cœur de l’homme, la réalité du salut.
Habitant ainsi le croyant, le Saint Esprit le conduit à glorifier le Seigneur dans une vie de prière et de fidélité persévérante à la Vérité de l’Ecriture.
Il est le garant de son héritage éternel.
Le Saint Esprit fait porter du fruit aux croyants, leur permet de discerner la volonté de Dieu et leur donne les dons nécessaires à l’édification, au service de l’Eglise et au témoignage dans le monde.

L’Eglise

L’Eglise est le peuple que Dieu se donne par Jésus-Christ pour célébrer la gloire de sa grâce, pour proclamer la bonne nouvelle du salut et être son témoin parmi les hommes par ses œuvres de justice, de miséricorde et de réconciliation.
Nous croyons que Dieu a institué les ministères de la Parole dans le but de se faire connaître, d’appeler les hommes pécheurs à croire en Jésus-Christ, à entrer ainsi dans son peuple, et à croître dans la vie chrétienne.
haut de page

Les églises locales

Nous croyons qu’une église locale, constituée selon la Parole de Dieu, est une communauté de croyants baptisés sur profession de leur foi.
Représentation concrète et visible là où elle est implantée, de l’Eglise universelle, corps de Christ, elle est indépendante de toute autorité autre que celle de Jésus-Christ.
Cependant, elle ne peut vivre dans l’isolement: des liens fraternels l’unissent aux autres églises dans la solidarité.
Tous les membres de l’église locale, associés dans un engagement volontaire, mettent en œuvre, sous la conduite du Saint Esprit et pour l’utilité commune, les dons qu’ils ont reçus.
Les églises reconnaissent de même le service que Dieu confie à certains de leurs membres en vue d’exercer une charge particulière selon ce qu’enseigne le Nouveau Testament.

Le baptême

Nous croyons que, comme l’enseigne l’Ecriture, le croyant est appelé à confesser publiquement sa foi par le baptême.
Le baptême manifeste de manière visible, la réalité de l’œuvre du salut de Dieu et de l’union du croyant à Jésus-Christ dans sa mort et sa résurrection.
Nous croyons que, selon le Nouveau Testament, le baptême est donné par immersion, au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, et est normalement suivi par l’admission dans une église locale.

La Sainte Cène

Nous croyons que le Seigneur appelle ses disciples à partager le pain et à boire la coupe de la Sainte Cène en mémoire de lui, annonçant ainsi sa mort jusqu’à son retour.
Ce faisant, ils professent que, par leur communion avec le Christ vivant, ils forment un seul corps et sont unis les uns aux autres dans un même esprit.

Le retour de Jésus-Christ, notre espérance

Nous croyons que le Seigneur Jésus-Christ reviendra du ciel comme il est monté, pour le renouvellement de toutes choses et la pleine manifestation de l’œuvre du salut.
Tous les morts ressusciteront et chaque homme devra rendre compte à Dieu de sa vie. Ceux qui seront trouvés justes en Jésus-Christ iront à la vie éternelle et les autres à la punition éternelle.
Dieu a promis un nouveau ciel et une nouvelle terre. Il habitera lui-même avec son peuple: c’est là ce que nous attendons.

Nous contacter

Une question ? Nous sommes là pour vous répondre.

Code illisible ? En changer. captcha txt